GREF – Groupement des Educateurs sans Frontières Partager les savoirs pour un avenir solidaire

Projet « Petite enfance » au Bénin

Du 18 novembre au 7 décembre s’est déroulée la première mission du projet « petite enfance 3–5 ans » à Porto Novo au Bénin.

Le taux de préscolarisation est encore faible au Bénin, environ 14,3% en 2015 et le MEMP (Ministère de l’Enseignement Maternel et Primaire) a l’objectif de faire progresser ce taux jusqu’à 25% en 2021 et 33% en 2030.

Ecole maternelle en zone rurale – Dangbo

La préscolarisation a de multiples effets : elle incite les mères à libérer les filles pour l’école, elle favorise l’éveil, la socialisation et la stimulation de l’enfant, elle le prépare pour l’école primaire.

En 2015 les ODD (Objectifs de Développement Durable) sont ratifiés par les pays membres de l’ONU. Parmi ceux-ci l’ODD 4 concerne l’enseignement. Il affirme le droit à tous d’accéder à une éducation de qualité et précise : « Les raisons du manque d’éducation de qualité sont dues au manque d’enseignants correctement formés… »

C’est dans cet axe que se déroulera le projet.

Mr Pierre Chanou, directeur de l’INFRE (Institut National de la Formation et de la Recherche en Education, chargé entre autres choses de la formation continue des enseignants) et Mme Mireille Afouda, Directrice de l’Enseignement Maternel sont les partenaires de ce projet qui se déroulera sur 2020 et 2021.

En 2018 un premier projet centré sur les communes de Porto Novo et Sémé Podji avait concerné les enseignants des EM (écoles maternelles) formés à la pratique des activités d’apprentissages ludiques. Le projet actuel est plus vaste car il touche toutes les écoles maternelles du département de l’Ouémé et les sujets de formation sont plus vastes.

L’objectif est d’améliorer les compétences des enseignants. Les animateurs et animatrices n’ont pas toujours de formation initiale solide. Ils (elles) sont souvent démuni(e)s devant leur tâche d’enseignants. Le manque de matériel est aussi un obstacle à la mise en place d’une pédagogie active et motivante pour les jeunes enfants. Le projet vise donc essentiellement à leur apporter un complément de formation dans divers domaines, à des aider à concevoir des activités riches et variées à partir des ressources locales.

Le moment du conte

Cette première mission avait pour objet d’établir un diagnostic afin de définir les besoins de formation, et les modalités de travail. Visites de classes en zones, urbaine, peri-urbaine, rurale ou lacustre, entretiens avec les enseignants, avec les CP (Conseillers Pédagogiques) et les CRP (Chefs de Région Pédagogique), observation d’UP (Unité Pédagogique, séance de formation continue) et de réunion préparatoire d’UP, participation à une réunion d’APE (Association de Parents d’Elèves) ont permis de lister les difficultés et les besoins de formation et d’établir un diagnostic.

Elaboration du plan de formation avec les inspecteurs et les conseillers pédagogiques de l’Ouémé

Un plan de formation a été élaboré avec les CP et les CRP : contenu, modalités de mise en œuvre, organisation pratique. Ce plan de formation validé par les partenaires sera mis en œuvre dès février 2020

Ce projet fait partie du projet multi pays phase 3 (PMP3) qui concerne également le Maroc et le Sénégal avec les mêmes axes de travail

%d blogueurs aiment cette page :