GREF - Groupement des Educateurs sans Frontières

Partager les savoirs pour un avenir solidaire

La « méthode » GREF

 

La « méthode » GREF

Les membres du GREF se réunissent en groupes de réflexion (Groupes Thématiques et de Compétences) pour une mise en commun des expériences et une formation permanente :

– Développement local (Géopolitique et éducationPropositions de régions pour le développement local)
– ECSI (Éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale)
– Volontariat
Sciences (Démarche d’investigation)
Enfance vulnérable et alternatives éducatives
FLI (Français Langue d’Intégration) et FLE (Français Langue Etrangère)
Alphabétisation
Petite Enfance
Enseignement de base
– Secondaire et supérieur
– Formation professionnelle
TIC (Techniques d’Information et de Communication)
– Bibliothèques
Genre

 

Le GTC enseignement de base

ACTIVITÉS DE FORMATION
Pour l’encadrement pédagogique des instituteurs
Un outil de formation

Avoir un outil de formation qui vise à être une ressource pour concevoir les cours dans les ENI et les animations pédagogiques auprès des enseignants des écoles, c’est l’ambition de ce recueil.
On y trouve
– Une démarche générale de formation par des fiches en Français, Mathématiques, Compétences de la Vie Courante et des fiches consacrées au rôle des bibliothèques dans la formation.
– Il ne couvre ni la totalité du référentiel de formation, ni celle des programmes de l’école de base. Un formateur pourra donc s’en inspirer pour mettre en oeuvre les activités proposées, en fonction de son projet pédagogique, de son public et de ses conditions d’exercice.
– Les fiches présentent des séquences et des activités pour la formation des instituteurs, en offrant des pistes pour un réinvestissement dans les classes de l’enseignement de base.
– Il ne s’agit pas de « leçons modèles » à appliquer mécaniquement : les instituteurs et institutrices ne doivent pas être de simples répétiteurs, mais aussi des concepteurs, comme les formateurs.
– Les fiches consacrées aux classes des écoles sont donc à considérer comme des supports de formation à exploiter dans les classes des Écoles normales et en formation continue.
Toutes les fiches renvoient à une thématique et elles suivant la même démarche :
un préambule situe les enjeux du thème traité ;
le déroulement du cours distribué en trois étapes : situation d’entrée, activités d’apprentissage, situation d’intégration/évaluation.

Quelques fiches, en français, présentent des exemples d’exercices à renouveler tout au long de l’année, avec des nouveaux supports, et sur toute la scolarité. Ces fiches appellent donc toutes un travail d’approfondissement des connaissances et une réflexion : le niveau de connaissances recherché pour les instituteurs n’est pas celui du meilleur élève de CM2.
GTC Enseignement de base

Dans les classes, des compétences de vie courante

Suivre le programme officiel développé dans les livres de l’élève et du Maître. En effet ces ouvrages sont bien souvent la seule référence sur laquelle un Maître peut se fonder, pour préparer son cours. Ainsi, en s’inspirant de ces exemples et tout en restant dans le cadre du programme, les Maîtres pourront-ils enrichir le contenu des leçons et leur pratique pédagogique, afin de gagner en qualité et efficacité. Nous avons aussi tenu compte du peu de moyens mis à leur disposition.

Le champ des Compétences de Vie Courante en primaire au Niger concerne de nombreuses disciplines :
– L’étude du milieu et l’éducation civique et morale en CI/CP/CE,
– L’histoire, la géographie, les sciences physiques, les sciences de la vie et de la terre, l’éducation civique et morale en CM
– Les cours de sociologie, de morale professionnelle et législation dans les ENI 

Pour aborder des champs aussi vastes, il serait à présent souhaitable que se poursuive la rédaction de telles fiches à chaque fois qu’un formateur et un conseiller pédagogique se rendent dans une classe pour accompagner les Enseignants.

Petite Enfance, « Bibliothèques, Centres ressources
A propos des pratiques du GREF en matière de co formation dans les projets conduits en mission

Faire retour sur les pratiques dites de « co animation » ou de « co formation » lors de projets parfois « co construits » avec les partenaires. Belle ambition : le principe de réalité nous ramène à une contribution modeste avec une analyse de quelques cas, loin de rendre compte des pratiques réelles du GREF en la matière. Cependant, autant partager ces résultats avec tous, c’est l’objet de cet écrit.
Pour mieux cerner les pratiques de co formation, le GTC a retenu trois pistes d’exploration
– La première s’est attachée à la lecture des CRAA maintenant remplacés par le document d’accompagnement des missions. Quelques membres du groupe ont analysé les projets de formation de formateurs. Une synthèse de ces lectures a été rédigée.
– La deuxième piste d’exploration a consisté à voir ailleurs et à glaner quelques définitions de ces notions ou concepts dans d’autres supports que ceux du GREF.
– La troisième piste c’est l’interview des acteurs du GREF qui ont conduit les projets ici ou là-bas pour avoir une parole directe et une mise en mots personnelle de ces notions telles que les praticiens les définissent. Voilà qui ouvre un chantier intéressant : c’est le final de ce document.

 

Le GTC genre

Participation GREF au projet « l’intégration du genre au sein des organisations de solidarité internationale /Coordination Sud »
– Juillet 2016 participation enquête
– 9 décembre 2016 restitution étude :http://www.coordinationsud.org/document-ressource/etude-etat-lieux-de-lintegration-genre-organisations-francaises-de-solidarite-internationale/
– Fin décembre 2016 intégration GREF à commission genre de CS
Rapprochement Plan international : participation journée du 10 octobre, avec solidarité laïque, rencontre siège.
Projets à venir
– Programmation de formations pilotées par CS et ouvertes au GREF :
– Mai 2017 : intégrer le genre dans les projets
– Septembre 2017 : intégrer le genre dans les pratiques organisationnelles

 

Le GTC petite enfance

Les incontournables d’une préparation raisonnée d’une classe de Maternelle :
Matériel et lieux.
Quand l’aménagement d’une classe implique un changement de posture et de façon d’enseigner.
L’organisation de l’espace maternelle devrait être pensée de manière à faciliter la prise en charge des petits, leur permettre des temps de repos, assurer leur sécurité et faciliter le fonctionnement de la maîtresse. Dans chaque classe les affichages doivent être le reflet des apprentissages en cours. Ils doivent être organisés, bien lisibles pour les élèves, et évolutifs au cours de l’année, mais aussi au sein du cycle. Des séances ont permis d’illustrer et de clarifier le propos plus théorique tenu et de montrer une utilisation possible du matériel à disposition.

 

Le GTC alphabétisation bilingue

Une méthode pour le bilinguisme
Le bilinguisme et le multilinguisme sont aujourd’hui incontournables pour nos missions d’alphabétisation dans les classes primaires. Dans tous les pays du Sahel, en particulier, l’alphabétisation bilingue s’impose avec parfois des mises en place différentes. Nous avons choisi la méthode la plus souvent adoptée et qui nous apparaît comme la plus efficace.
Cette méthode prend en compte les avancées des neurosciences en acquisition de la lecture et de l’écriture.
– Apprentissage de la lecture et de l’écriture en Langue nationale avec sensibilisation à l’oral en français (dialogues, chansons, jeux) durant le premier trimestre (voir la progression pédagogique en pièce jointe pour l’unité 1).
– Ensuite, au second trimestre, mise en place du français en langue 2. le programme en langue nationale restant langue 1.

Alphabétisation fonctionnelle
Un projet de développement local ne va pas sans un programme d’alphabétisation pour les hommes et les femmes qui en sont les acteurs. Dans ce compte rendu d’expérience dans un village béninois, on trouvera une démarche de travail co-construite par une équipe composée des maîtres alphabétiseurs locaux, des formateurs techniques locaux et des membres du GREF.
On pourra découvrir dans ce document ce en quoi peut consister l’organisation d’un programme d’alphabétisation fonctionnelle : appui sur l’activité et les conditions matérielles et techniques de sa mise en œuvre, prise en compte des besoins des personnes inscrites à l’alphabétisation, prise en compte des besoins en formation des maîtres alphabétiseurs, suivi et évaluation des formations, élaboration d’un programme autour d’une thématique transversale liée aux activités ( sensibilisation à la protection de l’environnement et conséquences pour la santé).

 

Le GTC Français Langue Etrangère (FLE)

Mettre en place quelques ateliers « Étude de cas » où chaque problématique serait d’abord brièvement exposée par les intéressés, puis débattue, en atelier, et finalement restituée à tous. Une dynamique pourrait être lancée à partir de ce travail.
Selon les contenus, des axes de réflexion émergeront sur lesquels des intervenants experts pourraient apporter par la suite des éclairages (cf. plus bas, proposition de formation nationale), et une amorce de capitalisation d’outils serait instaurée.
Quelques exemples :
? Réflexion au sein du GTC sur le rôle et la posture du formateur en fonction des différents contextes où intervient le GREF (besoin d’apports géostratégiques)
? Réflexions sur les problématiques liées à l’interculturalité (besoin d’apports sur les cultures et contacts de cultures, pas seulement factuels mais aussi mises en situation)
? Présentation et fabrication d’outils capitalisés lors d’expériences de terrain, lors de regroupements.
Par la suite, possibilité de formation nationale avec invitation d’expert(s) sur les problématiques soulevées lors des ateliers (voir plus haut « propositions pour les JN), et mini conférence liée aux pratiques.

 

Le GTC Français Langue d’Itégration (FLI)

Principes et méthodes pour des Formations « Français Langue d’intégration ».

Stage dans les pays de la Loire (d’après les notes de Sylvie Liziard)
Un public africain très hétérogène : alphabétisation de personnes ne l’ayant pas été dans leur pays d’origine, Français Langue Etrangère (FLE) pour les nouveaux arrivants, et Français Langue d’Intégration (FLI) pour ceux qui souhaitent rester en France. Le travail est bien sûr très différent selon le passé et l’origine des migrants, selon qu’on a affaire à des analphabètes complets ou à des personnes plus instruites pour les débutants. La question se pose de constituer des groupes mixtes ou pas.
La règle est, dans ces cours, de ne pas interroger les apprenants sur leur passé et sur leur statut en France, étant donné qu’ils ont déjà en dehors des cours de multiples démarches administratives à accomplir pour renseigner les autorités françaises sur leur parcours.
Leurs conditions de vie font aussi qu’il y a une grande rotation et volatilité dans les cours, étant donné qu’ils doivent se rendre à des RV, et qu’ils peuvent être déplacés géographiquement.
Les « moments »de cours
L’approche des unités travaillées est thématique, la priorité est donnée à l’oral. Les supports, la plupart du temps consistent en photocopies et des documents authentiques, comme un calendrier. En plus d’ateliers de phonétique, de conjugaison, de lexique, on s’autorise d’un recours à l’anglais pour accéder au sens est parfois nécessaire pour les débutants, quand ils le connaissent.
L’approche ludique (par ex. : « Comment se présenter ») favorise aussi les interactions verbales entre apprenants.
Les ateliers
« Apprentissage du français sur logiciels », « Le monde dans la cuisine », « Art et écriture », art graphique et atelier d’écriture, « atelier théâtre ».
Par groupes de 8 environ, chacun disposant d’un ordinateur, permet un travail individualisé et
Les productions sont proposées au public (exposition en galerie, et spectacles) et s’inscrivent donc dans la dimension sociale et par conséquent dans la démarche d’insertion.

 

Le GTC Sciences, démarche d’investigation

Une des missions des GTC est aussi de conduire une réflexion sur des thèmes spécifiques pour aider à la construction de nos projets, pour asseoir nos pratiques sur le terrain et peut-être, à l’extérieur du GREF, pour apparaître comme référents sur certaines questions.
Ces questions seront déterminées, par nos compétences et nos affinités.
Chantier en perspective :
– les outils pédagogiques, la capitalisation.
– Main à la Pâte
– démarche d’investigation (MAP-DI),
– les écrits en sciences – le cahier d’expériences, sciences et arts…

 

Le GTC TIC, Enseignement secondaire, sciences

Extrait de l’appel d’offre FISONG/AFD
Travail inter GTC
Proposer une mise en œuvre innovante des TIC dans les pratiques d’apprentissage (scolaire et formation tout au long de la vie) une pédagogie active (inspirée du modèle « classe inversée »), la mise à disposition de Ressources Educatives Numériques (REN) organisées en « cloud » et un accompagnement « mode projet amélioration continue ». Le tout peut permettre l’inclusion numérique de nombreux jeunes et adultes, par un usage quotidien de ces TICE (dans une logique d’apprentissage non formel du numérique).
 

 

Le GTC Enfance vulnérable, alternatives éducatives

Recensement des besoins eu égard aux projets, missions ayant un lien avec les champs d’action (RP, CP, Fiche de suivi des missions)
Recherche sur des méthodes et structures éducatives alternatives : Référentiels métiers, Référentiels de formation d’« Éducation à la santé », ateliers de sensibilisation à la responsabilité pour l’intérêt collectif, individuel, groupes de parole…
Réflexion sur la scolarisation et /ou déscolarisation (causes multiples : éloignement des structures, rupture familiale, genre, handicap, exclusion école formelle……..)

 

Le GTC Développement local

Géopolitique et éducation, Enfance vulnérable, Volontariat, Genre.

Lier la question Géopolitique et nos interventions dans une région où les équipes du GREF sont de moins en moins présentes. Que faire ?
Ce groupe de travail est composé des GTC Développement local, Volontariat, Genre, Alternatives éducatives et enfance vulnérable et Géopolitique Amérique Latine et Sahel ; Qu’est-ce que le développement local ? Quels sont les enjeux du DL pour l’Afrique de l’Ouest ? Quels sont les enjeux pour le Gref en matière d’éducation et de formation ?
Voir le document
Jeunesses sahéliennes : dynamiques d’exclusion, moyens d’insertion
http://www.afd.fr/webdav/site/afd/shared/Notes%20techniques/15-notes-techniques.pdf
RÉSUMÉ. Région marquée par une croissance démographique avoisinant les 3% par an, le Sahel se distingue par la jeunesse de sa population. La caractérisent aussi la montée de l’insécurité, notamment sous l’effet de groupes terroristes installés dans la zone, et le désœuvrement des jeunes, dont une proportion très importante selon les territoires serait hors de l’emploi et de la formation. Dans ce contexte, l’insertion des jeunes, leur contribution à un développement économique et sociale durable, est une priorité de premier ordre pour les gouvernements des pays concernés. Elle est aussi devenue un enjeu de sécurité majeur pour ces Etats et leurs partenaires techniques et financiers, confrontés à l’internationalisation des activités des groupes terroristes transnationaux, qui ont fait du Sahel une de leur région d’implantation, et de la jeunesse un vivier de recrutement. Cette publication dresse un état des lieux de la recherche sur la situation de la jeunesse au Sahel, ou plutôt « des jeunesses », et explore les réponses opérationnelles développés par les Etats, ainsi que leurs partenaires techniques et financiers, dans une perspective opérationnelle. Elle articule une analyse des dynamiques qui conduisent au sentiment d’exclusion (sociale, économique, professionnelle, politique, religieuse) auquel est confronté une grande partie de la jeunesse contemporaine ; à la recension d’interventions de développement apportant des réponses à ces problématiques. Ce faisant, c’est la définition de la notion « d’insertion de la jeunesse » qui est interrogée, au travers de travaux de recherches, ou d’actions de terrain, reconnaissant son caractère multidimensionnel et la nécessité de réponses intégrées. Les orientations proposées dans une dernière partie pourront contribuer à cette réflexion, et à l’élaboration d’une gamme de projets répondant à l’urgence de la situation du Sahel. Elles appellent à mieux prendre en compte les besoins d’une génération de jeunes, plus éduqués que jamais, qui aspirent à s’émanciper des ordres sociaux et familiaux traditionnels, remettant en question les modes de transmission des savoirs, les choix d’orientation professionnelle ou de résidence, les pratiques religieuses et politiques.
Extrait de réponse à un appel d’offre de la coopération norvégienne. L’objectif principal est d’apporter une réponse efficace en vue d’accroitre l’accès à l’éducaion et de renforcer le maintien et l’achèvement scolaire, tout au long du cycle de l’éducation de base. Il envisage directement l’accompagnement des jeunes exclus, marginalisés et/ou défavorisés des pays concernés, dans l’acquisition des compétences de base utiles à leur insertion dans la vie adulte au moyen d’innovations testées et éprouvées.
Si le projet se met en œuvre à l’échelle nationale et locale, une mise en commun de projets et des acteurs, sera assurée au niveau régional (dimension multipays et transnational) en vue (i) d’optimiser les impacts des différents composantes par une meilleure couverture des besoins ( ii) de renforcer les dynamiques transformationnelles par les échanges et formations entre pairs (iii) de valoriser, de façon synergique, le capital d’expertise des partenaires (iv) de permettre la réalisation d’économies d’échelle pour des activités mutualisées ou communes à l’intérieur comme à l’extérieur du pays avec les deux autres pays.

Les axes traités par le projet sont : i) mobilisation des acteurs parents et de la communauté éducative et contrat de performance qualité (structuration des acteurs, planification et plans d’action ou projets d’école..); ii) formation continue des enseignants et des métiers d’encadrement de l’éducation (instances de gouvernance éducative ; espace de formation inter actifs ; appuis aux Ecoles Normales d’Instituteurs) ; iii) appuis ciblés et échanges sur des thèmes transversaux (genre et éducation des filles, citoyenneté, vivre ensemble, éducation à la paix, respect et gestion durable de l’environnement).
(Aide &Action Afrique, GREF et d’autres ONG formant consortium).

 

Le GTC Développement local

Des régions, Auralp, Grenoble proposent…

Le document est la contribution des régionales de Grenoble/Lyon concernant l’axe stratégique N°1, action 3. La finalité de ce document est d’identifier les conditions susceptibles de permettre au GREF de s’investir dans les dynamiques de développement local que vivent nombre de pays en développement. Extrait : 3 postures possibles dans le champ du développement local

3 postures possibles dans le champ du développement local.

1. S’engager en tant que spécialiste de l’éducation
• susciter la constitution d’un comité de pilotage
• rechercher une expertise relative à la problématique éducative
• faire une diagnostic participatif de la problématique éducative (causes/conséquences, atouts/freins, opportunités/menaces, etc.)
• formaliser un plan d’actions communal ou intercommunal comprenant des formations centrées sur les besoins
• prendre en compte la diversité des lieux d’apprentissage
• mettre en place les conditions du recrutement des publics ciblés
• identifier les conditions de poursuite des apprentissages
• compléter l’analyse avec le niveau formation professionnelle en lien avec les perspectives d’insertion dans le milieu économique local (intégration dans des entreprises, création d’AGR, etc.)

2. S’engager dans une démarche globale du DL
• susciter la constitution d’un comité de pilotage
• trouver un(e) animateur(trice) formé(e) en DL
• réaliser un diagnostic de territoire et rédiger une monographie
• rechercher la documentation utile
• réaliser des entretiens auprès des acteurs
• réaliser des enquêtes
• conduire des focus groupes
• formaliser un plan d’actions communal (PAC) centré sur les actions prioritaires
• mettre en oeuvre les actions
• suivre, évaluer
• observer la mobilisation des acteurs avant d’envisager les actions prévues à moyen terme

3. S’engager en tant que partenaire de confiance d’une communauté pour traiter de problématiques hors éducation (ex : l’électrification d’un hameau)
• susciter la constitution d’un comité de pilotage
• faire une analyse socio-technique de besoins sur la problématique en question
• faire appel à un partenaire spécialisé (ONG ou entreprise locale) pour réaliser l’étude technique et financière
• faire une analyse socio-économique de la solution choisie pour en vérifier la pérennité
• assurer les fonctions d’ensemblier (mise en synergie des partenaires)

GREF - GRoupement des Educateurs sans frontières © 2016 Frontier Theme

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer